12 octobre 2018
Economie

Depuis le début de l’année, le prix des transports routiers s’envole en Europe, et tout particulièrement en France. Avec des impacts sur les activités de recyclage, également pénalisées par une pénurie de chauffeurs qui perturbe fortement les tournées.La remontée en flèche des prix du carburants conjuguée aux difficultés du secteur des transports routiers explique largement le phénomène inflationniste.

A la pompe d’abord : le pétrole vient de repasser la barre des 80 $ le baril, une première depuis 4 ans. Et les analystes tablent sur un retour prochain au-delà des 100 $, le tout dans un marché très incertain, secoué par les crises vénézuéliennes et libyennes, l’embargo américain sur l’Iran ou encore les explorations autour du gaz de schistes. En France, le renchérissement s’explique aussi par les nouvelles taxes sur le gazole, dont le prix rejoint quasiment celui du sans-plomb.

Crise des vocations

Mais des raisons structurelles propres au marché du transport se cachent aussi derrière l’explosion de 17 % de l’indice des prix routiers au 2e trimestre. Les entreprises du secteur souffrent d’une pénurie inédite de chauffeurs. En France, plus de 20 000 postes ne trouvent aujourd’hui pas preneur, selon la Fédération Nationale du Transport Routier. Le manque d’attractivité du métier expliquerait pourquoi les candidats ne traversent pas la rue. Conséquence : les entreprises doivent de plus en plus fréquemment refuser des marchés. Et en profitent pour relever leurs prix… Beaucoup d’autres sont contraintes de revoir leurs tournées, avec souvent de gros retards dans les plannings.

Flux des déchets

En ajoutant à cela des spécificités régionales – comme les travaux du Grand Paris qui génèrent des tonnes de déchets et contribuent à la saturation du réseau routier et des centres de tri – l’équation se trouve complétée. Avec des répercussions sur tous les domaines qui recourent au transport routier, notamment livraison, logistique ou encore gestion des déchets. Si côté transporteurs, des solutions telles que l’adaptation des réseaux et l’augmentation des capacités sont à l’étude, elles ne produiront d’effets qu’à moyen terme et n’empêcheront pas la poursuite de la hausse des prix dans les prochains mois.

Dans un contexte tendu, Hubency vous propose des solutions optimisées et mutualisées en cherchant pour vous les prestataires de proximité les plus compétitifs et les plus performants. Une façon de limiter ainsi la hausse des tarifs, inévitable face aux difficultés rencontrées par le secteur.

Arthur di Montagliari, Directeur Général de Hubency